Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est R. Kaelin. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est R. Kaelin. Afficher tous les articles

samedi 7 avril 2018

La vieille alliance entre puritains et cigarettiers renaît dans la presse suisse-allemande

L'anti-tabac Peter Hess travaillait pour British American Tobacco

















La revue suisse-allemande Beobachter a publié un article sur les méthodes d'influence des cigarettiers le 15 mars. Absent de marque de son panorama, le rôle du discours puritain contre les moyens de réduction des risques au profit du maintien des ventes de cigarettes. Une stratégie classique qui avait pourtant déjà été mise en oeuvre par les cigarettiers en Suisse. Y a t-il une face cachée à l'offensive puritaine anti-vape dans la presse Suisse?

"Il est très irritant que des organismes de prévention propagent à présent des drogues pour remplacer d'autres drogues. Ça m'énerve", peste Ruth Humbel dans le Beobachter du 15 mars. La Conseillère nationale du Parti Démocrate Chrétien (PDC) cible en l’occurrence le soutien pour l’arrêt tabagique à l’aide du vapotage dans un article du bi-hebdo suisse-allemand consacré aux méthodes d'influence des cigarettiers. Parmi les "astuces" des cigarettiers, il y en a une sur laquelle l'article de Beobachter ne souffle mot. Alors même que l'expression de Ruth Humbel dans ses colonnes rappelle étonnamment le discours de son illustre prédécesseur Peter Hess au début des années 1990'.

Extrait des archives de 1991 du PDC (pages 1981-1982)A l'époque, Peter Hess est aussi un élu au Conseil national pour le PDC et il mène campagne pour interdire un autre produit de réduction des méfaits contre les cigarettes. Le 20 juin 1991, il dépose un postulat pour inscrire la prohibition du snus dans la révision de la loi tabac. Sa motion s'accompagne d'un matraquage médiatique où le tabac à suçer suédois à teneur en nitrosamines réduite est annoncé comme "l'horrible nouvelle drogue qui va envahir la Suisse" dans le Blick, entre autres titres de presse. Le Conseil Fédéral suit son postulat et inscrit l'interdiction du snus dans la loi qui entre en vigueur en 1995. Au nom de la santé publique, le milieu anti-tabac se félicite de cette victoire et salue son héro Peter Hess.

L'anti-tabac travaillait pour BAT

Lettre ouverte de JC. Rielle à P. Hess

Dix ans plus tard, le ton a singulièrement changé. "M. Peter Hess, ayez le courage de démissionner", interpelle le Dr. Jean-Charles Rielle, membre de l'Association pour la prévention du tabagisme (AT-Suisse), dans une lettre ouverte le 24 février 2001. Le motif de la colère du socialiste genevois contre le démocrate-chrétien zougois se trouve dans les révélations de la presse suisse: Peter Hess siège au Conseil d'administration d'une filiale de British American Tobacco (BAT). 
Le Conseiller national PDC Peter Hess fait interdire le snus en 1991 et avoue travailler pour BAT en 2001
Une enquête du collectif de journalistes européens (ICIJ), qui sera publiée en août 2001 dans le Guardian, sur les réseaux complexes de BAT pour écouler des cigarettes hors taxes met en lumière le rôle clef d'une filiale suisse nommée British American Tobacco International (BATI). En avant-première, l'info sur le poste au Conseil d'administration de BATI, domiciliée à son cabinet d'avocat à Zoug, du Conseiller national Peter Hess fuite le 12 février en Suisse. Les semaines suivantes, la presse déniche pas moins de 37 mandats d'administrateurs non déclarés par celui qui préside le Conseil national suite à son échec, pour une voix, au Conseil fédéral en 1999. Refusant de démissionner du Conseil national et soutenu par son parti, Peter Hess finit son mandat mais ses électeurs lui font payer et il n'est pas réélu aux élections de 2003. Durant le scandale, aucun média ne revient sur le fait qu'il est à l'origine de l'interdiction du snus.

La coalition des abstinents et des trafiquants 

5% de fumeurs suédois grâce au snus
Cette histoire, Thomas Angeli et Otto Hostettler, qui cosignent l'article du 15 mars dernier dans Beobachter, la passent sous silence dans leur présentation des moyens d'influence des Big Tobacco. Elle est pourtant un exemple typique d'union objective que peuvent nouer, consciemment ou non, puritains et cigarettiers contre les moyens de réduction des méfaits. Depuis cette histoire des années 1990', la Suède a vu son taux de fumeurs dégringoler à 7%, tandis qu'une large part des suédois a reporté sa consommation de nicotine sous la forme de snus. L'ensemble des maladies liées au tabagisme, y compris les cancers du pancréas, ont chuté en conséquence.

Il n'est pas dit que les fumeurs suisses auraient adopté le snus en place des cigarettes s'il avait été en vente légale. On peut facilement imaginer que les amis des deux bords de Peter Hess se seraient alors employé à effrayer les fumeurs pour les maintenir dans le tabagisme. C'est ce qu'il s'est passé dans les années 1980' pour les Nicorettes et aujourd'hui pour le vapotage. Ce type d'union tactique entre des groupes apparemment totalement opposés est une voie classique, bien que tordue, de défense d'intérêts. Les économistes l'ont surnommé la "Baptists and bootleggers coalition", en référence à la convergence d'intérêts des mafias et des ligues d'abstinence durant la prohibition de l'alcool aux Etats Unis dans les années 1920'. 

Avant Philip Morris, les anti-réduction des risques tentent d'empêcher l'étude sur l'Iqos

Outre l'histoire de Peter Hess, le super héros anti-tabac qui travaillait pour BAT - dont on peine à croire qu'elle soit méconnue d'un journaliste suisse-allemand -, le magazine omet d'autres éléments dans les sujets mêmes qu'il traite. Beobachter revient sur l'épisode concernant les pressions de Philip Morris contre les chercheurs lausannois de l'étude sur l'Iqos publié dans JAMA Internal Medecine, que nous avions relaté à l'époque
L'équipe de recherche lausannoise a travaillé bénévolement pour son étude sur l'Iqos, le budget de recherche ayant été bloqué par les anti-réduction des risques
Le journal suisse-allemand publie la lettre de Moira Gilchrist, porte-parole de PMI, aux autorités universitaires lausannoises. Mais Beobachter passe totalement sous silence qu'avant Philip Morris, c'est le clan anti-réduction des risques qui a tenté d'empêcher l'étude en bloquant son financement. Thomas Angeli et Otto Hostettler ne pipent pas un mot du refus, ni de ses motivations, de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (CFPT), notoirement sous le contrôle du clan intégriste. 

Le culte de l'obscurantisme

Le mafieux et la ligue d'abstinence dans Boardwalk Empire
Evidemment, ce fait ébrèche salement la thèse manichéenne assénée par Beobachter. Difficile de croire que les défenseurs d'une approche de réduction des risques servent les cigarettiers tandis que les puritains seraient l'unique rempart contre Big Tobacco, alors que ces derniers manœuvrent en coulisse pour bloquer la même étude. Présentée sans cette omission, le cas de l'étude lausannoise est un exemple clair de l'alliance objective, peut-être non intentionnelle, entre le clan puritain et les intérêts des cigarettiers. 

Il est troublant que les journalistes du magazine du groupe Ringier n'ait pas saisi l'occasion d'interroger les représentants du clan anti-vape sur leur apologie de l'obscurantisme à ce sujet. Alors que leur argument principal contre le vapotage est un sempiternel "on ne sait pas" censé justifier un principe de précaution laissant la voie libre aux cigarettes, dont le danger, lui est connu. Une posture qui permet de distiller le doute et la confusion alors que des organismes au-dessus de tout soupçon et autrement plus compétents ont produit des évaluations précises et sérieuses. Mais apparemment, le Royal College of Physicians britannique et le Public Health England n'existent pas pour les journalistes de Beobachter. Le magazine offre une tribune au clan puritain sans contradicteur, ni prise de distance critique.

La théorie du complot généralisé pour tout argument

En plus de la fabrique du doute, d'autres méthodes attribuées à juste titre aux cigarettiers se retrouvent être aussi les moyens usités par les sources privilégiées du journal. En matière de lobbyisme d'influence, Beobachter en donne un exemple en acte. Celui-ci vient après les campagnes médiatiques du journal télévisé de la RTS, de la NZZ, d'Infosperber et de 20 Minutes... A plusieurs reprises, on retrouve Rainer Kaelin à la baguette de celles-ci, comme de nouveau dans cet article de Beobachter. Ce médecin de Morges exerce sa prose surtout dans des écrits à visée politique dont la trame se résume systématiquement à une théorie du complot plutôt simple. Et qui constitue un exemple parlant de tentative de "discréditer les chercheurs indésirables", pour reprendre l'expression des journalistes du magazine suisse-allemand.

A titre d'exemple, on peut se reporter aux accusation de Rainer Kaelin contre une bonne partie du milieu anti-tabac après la nette défaite en votation populaire de l'initiative pour durcir les lois contre le tabagisme passif en 2012. Selon lui, le milieu anti-tabac Suisse agit sous l'influence des lobbys, laissant planer le doute s'il s'agit de ceux du tabac ou de la pharma. Il vise explicitement la présidente de la Ligue pulmonaire vaudoise, la Fédération des médecins suisse (FMH), la présidente de la Société Suisse de Médecine Interne (SSMI), le Public Health Suisse (depuis SSPH+) et le "président B.M." de l'Association pour la prévention du Tabagisme (AT-Suisse). Coupables d'avoir permis au camp cigarettier de gagner, selon lui. "Attribuer ces silences au hasard ou à des erreurs de communication n’est pas plausible. Ils apparaissent comme un comportement systématique, nuisible aux efforts de la prévention du tabagisme et attribuable à des réseaux d’influence très puissants", juge Rainer Kaelin, dans un article publié dans la revue Bioethica

Les interminables purges de Rainer Kaelin

Rainer Kaelin habitué des accusations délirantes
On a déjà vu plus lucide comme analyse. Mais à défaut d'être fondée sur quelconque preuve, cette stratégie de terrorisme idéologique porte tout de même ses fruits. La dernière "plateforme des partenaires pour la prévention du tabagisme" en a été le théâtre. De manière à peine voilée, les tenants de la ligne dure ont menacé de représailles ceux qui oseraient ouvrir le débat publiquement sur la réduction des risques.

Il n'en fallait pas plus pour que Rainer Kaelin se remette en chasse de l'ennemi intérieur dans le milieu anti-tabac et multiplie les diffamations contre le Pr Jean-François Etter, le principal connaisseur de la question en Suisse. Dans l'article de Beobachter, le spécialiste de santé publique doit encore une fois réaffirmer qu'il n'a aucun lien avec l'industrie cigarettière. Difficile de savoir si Rainer Kaelin répand la confusion intentionnellement ou par folie. Ce qui est sûr, c'est le ridicule des médias qui continuent de lui donner la parole sans distance critique face à ses déblatérations sensationnalistes.

Chape de plomb

Mais les soupçons entretenus artificiellement et la chasse aux sorcières fonctionnent bien dans le milieu anti-tabac suisse. Les autres experts suisses intéressés par le sujet n'osent plus intervenir. A une de mes sollicitations, un chercheur du domaine m'a répondu qu'il ne pouvait risquer d'être lié à des publications sur la réduction des risques sans craindre pour sa réputation et la suite de sa carrière. Même silence des spécialistes suisses sur le tabagisme favorables à la réduction des risques lors de la récente consultation publique sur l'avant-projet de loi tabac (LPTab). 

Seules les associations locales, celle des usagers Helvetic Vape et des professionnels de la vape SVTA, ont osé critiquer l'absence de prise en compte du pilier de la réduction des risques dans le projet de loi. Unique contribution en ce sens émanant de scientifiques, celle de 18 experts de renommée mondiale spécialistes du sujet mais dont aucun n'est suisse. Hors de ces rares exceptions, une chape de plomb recouvre le sujet du vapotage dans une perspective sanitaire en Suisse. 

Plutôt le maintien du tabagisme que toute alternative à risque réduit

Restent les acteurs de terrain bien conscients, à l'image du Groupe Romand d'Etudes sur les Addictions (GREA), de l'échec de l'approche uniquement pro-abstinence imposée depuis dix ans par le clan anti-réduction ds risques. En situation, ils s'intéressent et utilisent de plus en plus le vapotage comme aide à l'arrêt des cigarettes malgré l'interdiction de vente de liquides nicotinés. D'où le ciblage de Ruth Humbel contre "les organismes de prévention propageant des drogues à la place d'autres drogues" dans Beobachter. Le mot d'ordre vise à la fois à exclure ceux prêts à une réflexion et au débat et entretenir l'incertitude sur le vapotage. On pourrait croire à s'y méprendre à une des méthodes présentées par Beobachter comme celle des cigarettiers.
"Les autorités sanitaires ne doivent pas recommander la cigarette-électronique pour le sevrage du tabagisme", Lucrezia Meier-Schatz et Macé Schuurmans
Imposer une discipline strictement puritaine aux professionnels socio-sanitaires, dont l'expérience de terrain les amène à plus de pragmatisme et de tolérance à la réduction des risques, est un leitmotiv du clan. "Les autorités sanitaires ne doivent pas recommander la cigarette électronique pour le sevrage du tabagisme", assénait déjà l'avis de la Commission Fédérale de Prévention du Tabagisme (CFPT) signé de Lucrezia Meier-Schatz et de Macé Schuurmans, ami de Rainer Kaelin, en septembre 2016. Un avis qui reprenait aussi à son compte la revendication de la taxe anti-vape de Philip Morris. 

Tuer le débat sur les vies que la réduction des risques peut sauver

Ces positions de principe contre la réduction des risques, on pouvait les anticiper par l'invitation de l'ultra-intégriste maltais Tonio Borg par l'Alliance anti-tabac en mai 2016 à Berne. Leader anti-avortement, contre le droit au divorce, ayant coupé des aides financières pour la distribution de préservatifs et homophobe décomplexé, l'anti-réduction des risques Tonio Borg n'était pas l'invité d'honneur de l'Alliance anti-tabac par hasard. La lutte anti-vapotage est bien un élément d'une vision politique puritaine globale.

La plupart des méthodes des cigarettiers présentées par Beobachter se trouvent aussi mises en œuvre par le clan anti-réduction des risques. Le jeu de lobbying intense, la diffamation des professionnels favorables à la réduction des risques, l'enfumage du milieu médical et du public en semant la confusion, le doute et par l’amalgame entre produits cigarettiers et vapotage. Leur objectif est de saboter la possibilité d'un débat rationnel sur l'approche de réduction des risques au profit de peurs et d'émotions cultivées par de faux amalgames. Dans un contexte où la stratégie unique pro-abstinence est un échec depuis dix ans, le public helvète va-t-il encore se faire enfumer par cette alliance contre nature entre cigarettiers et puritains ?


lundi 15 janvier 2018

Suisse romande: un article douteux de la Liberté orchestre une vindicte médiatique contre le vapotage

Cela ressemble à s'y méprendre à un faux témoignage monté de toutes pièces pour l'occasion. Un soi-disant enfant de douze ans aurait acheté une vapoteuse à Fribourg, selon le journal local la Liberté dans son édition de vendredi. Reprise par 20 Minutes puis le journal télévisé de la RTS, l'affaire soulève immédiatement une vague d'insultes et d'indignation à l'encontre des vapoteurs, coupables de chercher à pervertir les enfants aux yeux de la vindicte. Finement enroulé autour de ce soi-disant fait divers à la forte charge émotive, le montage en épingle sert sur un plateau la parole aux tenants romands de la ligne anti-vapotage. De l'hypothétique enfant perverti, le discours huilé glisse à une stigmatisation de la minimisation des méfaits, le vapotage comme oeuvre perverse par nature. 

Dans la lucarne télévisuelle, les éléments de langage clefs de "toxicité" et "renormalisation" évacuent toute appréciation rationnelle du rôle du vapotage face au tabagisme adolescent. Pourtant, les faits et les connaissances invitent à une réflexion plus sereine et intelligente sur ce sujet de santé publique essentiel. Mais comme le montre l'autopsie de cette histoire de comm', le clan anti-vape suisse a choisi de tuer dans l’œuf la possibilité d'un débat. La prestation hautement ridicule de Macé Schuurmans sur le plateau de 10vor10 fin novembre n'est peut-être pas étrangère à ce choix stratégique de la haine et de la peste émotionnelle des ultra-puritains anti-tabac contre le vapotage. A défaut d'argument de raison, ils ont décidé de répandre la peur. Au vu du calendrier des échéances politiques suisses sur le sujet à venir, il est peu probable que cet enfumage soit le dernier.

Le fantasme de la liberté

L'affaire démarre vendredi matin avec un article de la Liberté, le quotidien de Fribourg. Anne Rey-Mermet prétend qu'un enfant "de douze ans est rentré à la maison avec une cigarette électronique. Avec ses copains, le garçon a pu s'en procurer une sans problème dans un magasin". Étonnamment, la journaliste ne précise ni le magasin, ni n'interroge le commerçant sur les circonstances de cette vente. Anne Rey-Mermet n'évoque pas non plus de discussion avec l'enfant ni ses copains. La source de cette présumée vente de vapoteuse serait la maman, laissée anonyme dans l'article.

Cours de journalisme: illustrer l'expression "prendre quelqu'un pour un con". Merci M. Gumy.

Surpris par le récit sans conditionnel, mais sans élément probant l'étayant non plus, de cette invraisemblable vente collective à des enfants de produits de vapotage, nous avons contacté la rédaction de la Liberté. En réponse à nos interrogations, Serge Gumy, rédacteur en chef de la Liberté, botte en touche. "Je suis au regret de ne pouvoir accéder à votre demande", refuse le rédacteur en chef. Précisant que la matriarcale source de l'information "existe, en chair et en os". Ce que nous n'avions pas mis en doute dans nos questions. 

Not your first affair

Nos doutes sur la véracité de l'histoire n'ont par contre rien trouvé pour être levés dans la réponse de Serge Gumy. Des doutes titillés par une précédente histoire étonnamment similaire que les médias suisse-allemands, moins complaisants avec ce genre d'enfumage ou plus compétents que leurs homologues romands, avaient refusé de répandre. Serait-il possible qu'il y ait une épidémie de ventes de vapoteuses à des enfants d'une dizaine d'années sans que les journalistes ne s'intéressent aux vendeurs présumés ? Vraiment... en Suisse ?

C'est pourtant un moyen simple de lever le doute. Vérifier la véracité d'un récit par recoupement de faits ou de témoignages est le b-a-ba du journalisme. Fribourg n'a pas profusion de magasin de vapotage, la tâche n'est pas compliquée. La journaliste de la Liberté pouvait aller voir le commerçant et l'interroger sur les circonstances de cette abracadantesque vente à une ribambelle d'enfants. Étaient-ils accompagnés d'adultes ? Ont-ils reçu les explications adéquates à l'usage de la vape tels qu'ils sont prodigués dans tout magasin sérieux du domaine ? Mais rien. Pas de question, pas de recherche. Rien dans l'article de la Liberté. Rien dans sa reprise par 20 Minutes. Pas même l'idée de tenter de vérifier n'est évoquée. Pourtant ce réflexe de journaliste, Caroline Regidor de la RTS (télé romande) l'a eu tout comme moi.   

Révélation, mais de quoi au juste ?

Ainsi vendredi après-midi, la journaliste s'en va interroger le magasin de vape de Fribourg ChezSmoke. Et ô surprise, ou pas... Le magasin n'a jamais vendu de vapote ni à une bande de gamins de douze ans ni même à un seul. A défaut d'aveux d'actes plus crapuleux, elle réussit tout de même a arracher un bout de phrase, bien découpé au montage, de la vendeuse suggérant la nocivité du vapotage. Mais on le notera, la RTS prend bien garde de ne pas reprendre les affirmations de la Liberté sur cette fantasmatique histoire d'une vente de produits de vapotage à une bande d'enfants.




L'introduction du sujet par le présentateur en devient assez ridicule en parlant de "révélation" du journal la Liberté à propos de la vente de vape sans nicotine. Le fait est connu depuis 2009 suite à la lettre n°146 de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) à ce sujet. Il n'y a rien de nouveau dans le reportage de la RTS. 

Sans objet d'actualité, le téléjournal livre tout de même la parole à une succession de militants anti-vape, sans les présenter en tant que tels. Dans du fief d'Alain Berset, le médecin cantonal Chung-Yol Lee déroule le message alarmiste des méfaits du vapotage. Disciple et ancien élève de Stanton Glantz, fameux et fumeux militant anti-réduction des méfaits californien, le médecin cantonal fribourgeois récite le dogme de la toxicité du vapotage, sans évoquer la moindre échelle de risque (sic!), et du danger de "renormalisation" du tabagisme à cause de la vape. Rien d'étonnant, le discours de rigueur du clan anti-vape. 

Le service d'information de la RTS n'en est pas à son coup d'essai en matière de lynchage du moyen de réduire les méfaits du tabagisme. La chaîne romande est allé jusqu'à être le seul média d'importance en Suisse a boycotter la prise de position de la Fédération des professionnels des addictions sur le sujet en novembre dernier!


Peste émotionelle

Aucun des médias n'a jugé opportun de donner la parole aux défenseurs de l'approche de minimisation des méfaits à l'aide du vapotage contre le tabagisme, ni à l'un des nombreux tabacologues qui s'en servent pour aider des fumeurs à s'en sortir, ni à un représentant des usagers. En somme, la pensée unique et la peur pour tout argument sur un des débats de santé publique les plus importants par l'ampleur de son impact potentiel. Au lieu d'un débat et d'une réflexion, la RTS suggère au public romand le fantasme du pervers vapopédophile rodant dans nos rues. La peur est sans conteste, la plus efficace des pestes émotionnelles pour tuer toute intelligence politique.

Pourquoi inventerait-on des enfants de 12 ans ?

Implanter dans le public l'image d'enfants vapoteurs est une lubie du camp anti-vapotage depuis quelques années déjà. En 2015, Pfizer lançait sur les réseaux sociaux un clip mis en scène à la manière d'un plateau télé où un présentateur et un "médecin" recueillaient les témoignages d'enfants d'une dizaine d'années. Les dialogues récités mécaniquement et manquant singulièrement d'authenticité n'avaient pas aidé le film de la multinationale pharmaceutique a suscité autre chose que des quolibets sur twitter. Le vendeur de Champix semble avoir retiré son clip depuis - du moins, je ne l'ai pas retrouvé. A présent, Tiffany Casting, une boite de publicité, recrute sur Facebook des "enfants de 13 ans" en vue de les faire vapoter dans des spots télé anti-vapotage en Californie, comme l'a révélé Jim McDonald du site spécialisé Vaping360. 

L'enjeu de ce type de construction médiatique est évidemment de toucher la corde émotionnelle du public et inhiber ainsi une réflexion. Vieille technique de manipulateur, pour couper court à un argumentaire, évoquer une image effrayante - "si on vous suit, on va dans le mur" - qui bloque la capacité de réfléchir des auditeurs. Mais au-delà de l'astuce, l'enjeu de la manœuvre est d'interdire le débat sur le rôle possible du vapotage contre le tabagisme parmi la population des jeunes. Il y a pourtant de quoi débattre.

Sans la vape, les ados n'essayeraient rien ou essayeraient-ils de fumer?

Deux interprétations contradictoires à l'essor du vapotage chez les adolescents s'opposent dans les revues scientifiques. La première vient de Stanton Glantz, le maître à penser du médecin cantonal fribourgeois. Elle consiste à dire que le vapotage amène des jeunes à fumer. Il a publié la semaine dernière une étude portant sur 10'000 jeunes non fumeurs à l'origine. Sur 255 ados qui avaient expérimenté le vapotage, un an plus tard, onze - soit 4,3% - ont fumé au moins une cigarette dans le mois précédent le contrôle. Du côté de ceux qui n'avaient rien expérimenté au départ, ils étaient 2% (175) à avoir fumé au moins une cigarette dans le mois précédent le contrôle. L'anti-vape californien en conclut que le vapotage double le risque de devenir fumeur. 

Mais cette interprétation postule implicitement que si la vape n'existait pas, ces jeunes n'auraient rien essayé. Or, on peut aussi postuler qu'en l'absence de vapotage, ils auraient directement essayé de fumer. Et on sait, par exemple avec cette récente étude, que dans ce cas-là, plus des deux-tiers finissent par devenir fumeurs réguliers. D'un côté, une interprétation imagine que si les 255 ados n'avaient pas pu vapoter, seuls 5 au lieu de 11 auraient fumé, de l'autre on peut penser que sans vapotage les 255 ados auraient directement essayé la cigarette et environ 175 d'entre eux seraient devenus fumeurs réguliers (au ratio de 68,9% établi par l'étude publiée dans Nicotine & Tobacco Research suscitée). 

La réalité est complexe, au sens d'hétérogène, et contient probablement des cas illustrant les deux interprétations. Mais il y a de sérieux indices qui font penser que l'hypothèse d'une prévention primaire spontanée des ados par le vapotage est plus massive que l'effet passerelle vers le tabagisme allégué par les anti-vape. L'accélération de la chute du tabagisme dans les pays où le vapotage est répandu, y compris chez les ados, comme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni est une indication impressionnante, sans être une preuve formelle, en sa faveur. Si le vapotage était la passerelle vers le tabagisme dont l'accusent les anti-vape, alors le tabagisme adolescent aurait dû relativement augmenté par rapport à l'époque précédent son apparition. Or on constate une chute accélérée du tabagisme adolescent.

De l'utilité idéologique de l'enfant de douze ans

Avec cette opposition entre les deux explications scientifiques, on comprend toute l'utilité idéologique de créer la figure de "l'enfant vapoteur de douze ans". Si les médias présentent des ados de 16 ans ou 17 ans qui vapotent, il apparaît évident qu'ils esquivent le tabagisme, parfois même dans une démarche de sevrage. En faisant croire à des enfants vapoteurs, les médias créent une représentation sensible de "l'effet passerelle" du vapotage préalable au tabagisme. Pourtant en discutant avec des ados, le phénomène de le la prévention primaire spontanée et autogérée se saisit aisément.

Trois types de raisons, généralement entremêlées, peuvent amener des jeunes à fumer. Le goût de l'expérimentation et de la découverte de sensation, des facteurs psychosociaux, tels que l'exemple parental ou le stress, et enfin la pression sociale des pairs. Le dogme pro-abstinence ne vise que la pression sociale en cherchant à "dénormaliser" le tabagisme pour que la pression inverse s'exerce. Cela marche bien pour les enfants de classes supérieures, possédant un fort capital social et une image exemplaire à préserver. Mais cela se révèle contre-productif chez les dominés, qui au contraire se reconnaissent dans les pratiques non conformistes. 

L'attaque contre la réduction des méfaits vise les groupes sociaux les plus démunis

Fumer est ainsi devenu ces trente dernières années un acte de pauvres et de groupes sociaux marginalisés - minorités ethniques ou d'orientation de sexualité - et de manière générale des personnes soumises à un stress social. Le vapotage se présente comme un moyen de "donner le change" à la pression sociale des pairs, sans tomber dans l'addiction rapide du tabac. Ustensile d'expérimentation, il peut être abandonner après quelques mois, au contraire de l'addictive cigarette. Il permet aussi, pour ceux qui le veulent, de bénéficier des vertus psychoactives de la nicotine contre le stress, avec un risque dépendogène similaire à la caféine. Et évidemment, à ceux déjà fumeurs d'essayer de changer leur mode de consommation, à l'instar de fumeurs adultes. Car rappelons que, aussi étranger que cela semble être à l'esprit des anti-vape et des médias romands, le tabagisme adolescent existait avant le vapotage. Mais de plus, il existe encore massivement. Un fait que l'alarmisme sensationnaliste de la Liberté et de la RTS pousse dans l'ombre.

Le masquage d'un échec

C'est cet échec sanglant de la conception dominante d'une prévention uniquement pro-abstinence que veulent masquer ses tenants en braquant les caméras sur la peur d'une perversion fantasmée du vapotage. Même si la prestation confondante de Macé Schuurmans sur le plateau de 10vor10 a été un révélateur limpide sur ce point, l'appel à la haine et la peur n'est pas seulement la marque d'un manque d'argument. Il est aussi le masque pour dissimuler l'échec de leur approche étroite.

De 2008 à 2016, les néo-anti-vape ont dicté le contenu du Plan de réduction du tabagisme en Suisse. Abstinence pour seul horizon, stigmatisation pour seul doctrine. Ce "plan" n'a pas fait baissé le taux de fumeur d'un iota. Rien. Nada. Il n'y a aucun autre domaine où les responsables d'un tel bilan n'auraient aucun compte à rendre. Pourtant, cette faillite se chiffre en milliers de morts, en millions de malades et en milliards de francs de frais de santé pour la population. Et en récompense, la RTS continue de leur donner en exclusivité la parole. 

Plus que quelques ados qui vapoteraient au lieu de fumer, ce que craignent ces responsables est le dévoilement de leur discrète incompétence chronique depuis des années. C'est là leur véritable angoisse. Le vapotage n'est pas seulement un outil de minimisation des méfaits pour remplacer les modes de combustion  (et de pyrolyse est-on obligé d'ajouter pour éviter les mauvais jeux de mots d'un cigarettier vaudois). Il change le jeu de la conception de cette problématique de santé publique. Il est un révélateur de l'anachronisme néfaste de ces gens. Dans vingt ans, le puritanisme aura disparu de ce champ. Mais aujourd'hui ses tenants, qui ont construit leur carrière sur ses dogmes, s'accrochent.

Les peurs intégristes

Lorsque les ceintures de sécurité sont apparues, des voix ont hurlé qu'elles provoqueraient plus de morts en poussant les automobilistes à braver les risques, enivrés de la perte de conscience du danger et du faux sentiment de sécurité des dites ceintures. Pendant des décennies les Etats, dont la Suisse et la France jusqu'en 1987, ont interdit la publicité et l'information sur les préservatifs. A la levée de la censure, les intégristes hurlaient que cela allait accélérer l'épidémie de VIH en poussant la population à copuler à tout va, perdant tout sens de la mesure des risques dans une orgie de luxure. Aujourd'hui, le vapotage est le nouveau diable qui fait trembler les esprits doctrinaires et étriqués. Dans vingt ans, on rira du contenu du reportage de la RTS de vendredi soir. 

Mais à court terme, les tenants du vieux réflexe puritain vont poursuivre leur entreprise de sabotage. Il est plus que symptomatique que ce montage médiatique intervienne à quelques semaines du lancement de l'initiative "contre la publicité des produits du tabac". Au vu du contenu des motions déposées au Conseil national et de cette nouvelle démonstration médiatique, il devient plus clair que le véritable objectif est moins d'interdire la publicité des cigarettes, déjà prohibée dans la plupart des cantons, que de créer un arsenal pour censurer les groupes d'entraide de vapotage sur internet. 

Le choix nauséabond

Leur stratégie est visiblement d'attaquer en priorité le vapotage. L'épandage de la peur ce week-end, la calomnie mensongère de scientifiques précédemment, sont les premières escarmouches. Les méthodes sont puantes. La tactique politicienne de désigner un bouc-émissaire à la vindicte populaire est un choix nauséabond. Il n'honore pas les personnes qui se rallieront à de telles méthodes. Mais c'est une démarche également fragile à terme. Passé l'effroi émotionnel, quelle sera la réaction du public ?

La réponse n'est pas donnée d'avance. Une partie de celle-ci est dans les mains des acteurs impliqués. L'attaque médiatique de ce week-end est un casus belli. Une déclaration implicite de guerre aux vapoteurs, aux défenseurs d'approches de réduction des risques, aux tabacologues qui veulent pouvoir utiliser le vapotage dans leur arsenal d'aides, aux fumeurs qui voudront peut-être un jour s'en aider pour arrêter de fumer. Une agression envers tous ceux qui font passer le libre choix avant la censure et les logiques de peur. 


jeudi 7 décembre 2017

Mensonges et calomnies sur InfoSperber

Article honteux sur le site suisse-allemand InfoSperber publié ce 6 décembre. A quelques jours de l'annonce du nouveau projet de Loi sur les produits du tabac (LPTab), trois ultras contre le droit à la réduction des méfaits attaquent ad hominem le Pr. Jean-François Etter, de Stop-Tabac.ch. En dépit de la gravité des accusations portées sans aucun élément probant dans l'introduction signée de "la rédaction", le journal n'a pas jugé opportun de lui donner la parole. Cette manière de faire d'InfoSperber est une violation manifeste de la déontologie journalistique la plus élémentaire. Nous n'avons pas eu le temps de contacter les parties prenantes, nous nous concentrons donc uniquement sur le contenu de l'article signé de Macé Schuurmans, membre de la Commission Fédérale pour la Prévention du Tabagisme (CFPT), Rainer Kaelin, ex-vice-président de la Ligue Pulmonaire Suisse et Jürg Barben, pneumologue à l'hôpital pédiatrique de St. Gall.

"Au moins 95% moins nocif que de fumer"


L'article s'articule autour de trois contre-vérités. La première consiste à prétendre que l'évaluation d'une réduction des méfaits de 95% du vapotage par rapport aux cigarettes "n'est pas une mesure, mais se base sur une enquête dans laquelle seulement 12 collègues d'Etter ont été invités à donner leur appréciation personnelle en 2013, et qui a été critiquée comme trompeuse". Ceci est mensonger. L'évaluation du groupe mené par le Pr David Nutt a effectivement conclu à une réduction d'au moins 95% des méfaits du vapotage par rapport aux cigarettes. 

Mais deux organismes de santé éminemment prestigieux et compétents ont procédé par ailleurs à leur propre analyse scientifique. Ces deux organismes sont dans l'ordre chronologique, le Public Health England, l'organisme de santé publique anglaise qui a publié son rapport en 2015 - points clefs en français- , et le Royal College of Physicians britannique qui a écrit un rapport exceptionnellement riche intitulé "Nicotine without smoke" en 2016 - points clefs en français -.

Basé chacun sur des centaines d'études scientifiques prises en compte, ces rapports concluent que "le danger pour la santé découlant de l'inhalation à long terme de l'aérosol des produits de vapotage disponibles aujourd'hui ne devrait pas dépasser 5% du préjudice causé par le tabac fumé", dans la formulation du Royal College. Ceci est une fourchette d'évaluation et non un chiffre précis comme le présente avec un certain ridicule l'article d'InfoSperber. Le Royal College of Physicians britannique est le premier organisme de santé de référence au monde à avoir établi les dangers du tabagisme dans son rapport de 1962. Les membres de ces deux organisations sont au-dessus de tout soupçon et ils ont des connaissances dans le domaine  que les auteurs seraient inspirés de mettre à profit. Et les scientifiques concluant à cette réduction des méfaits ne sont pas tous des fumeurs contrairement aux accusations des trois signataires suisses.

La Pr Ann McNeill fume t-elle ?

Les Prs John Britton, Ann McNeill, Peter Hajek, Martin Dockrell, Deborah Arnott, Linda Bauld, Robert West, etc...  ne sont pas fumeurs. C'est surréaliste de devoir préciser cela. Car quand bien même le seraient-ils, on a du mal à voir en quoi cela les disqualifierait à saisir l'intérêt du vapotage pour justement sortir du tabagisme. D'autre part, contrairement à ce que prétend l'article d'InfoSperber, ces auteurs couvrent l'ensemble des aspects de la problématique, y compris l'épidémiologie. Le jour où Macé Schuurmans, Rainer Kaelin et Jürg Barben prendront la peine de lire et d'essayer de comprendre les travaux du Pr Robert West, peut-être seront-ils en mesure d'articuler une pensée plus consistante sur le sujet.

Enfin, les trois suisses allongent leur catalogue en précisant que les douze scientifiques du groupe du Pr David Nutt "n'étaient pas transparent sur leur financement". Ce ragot court de longue date. Le Times, le journal de Rupert Murdoch aux liens bien connus avec l'industrie du tabac, a publié des accusations contre ce groupe. Mis en demeure par les chercheurs calomniés de montrer des preuves de cette accusation, le journal anglais s'est trouvé passablement dépourvu. Aucun élément factuel à présenter et leur source, que l'on surnommera McK, a rétracté son témoignage. Le Times a dû démentir, retirer son article et présenter ses excuses. Le corbeau continue malgré tout à essayer de salir la réputation de collègues, dont au moins un semble avoir eu le défaut d'obtenir un poste que McK convoitait.

Où est la déclaration d'intérêts des auteurs ?

Quoiqu'il en soit, les rapports scientifiques de Public Health England et du Royal College of Physicians sont parfaitement transparents sur leurs financements. Par contre, on s'interroge sur l'absence de déclaration de liens d'intérêts concernant la publication d'InfoSperber. Un commentaire censuré par le site questionne les liens avec l'industrie pharmaceutique des trois auteurs. Une industrie qui bénéficie de la grande masse de maladies créées par le tabagisme pour étendre son chiffre d'affaires. A l'aune de la gravité des accusations portées contre le Pr Etter, les douze scientifiques du groupe du Pr David Nutt, du Public Health England, de l'institution du Royal College of Physicians, puis plus loin dans le texte implicitement contre Addiction Suisse, on pourrait s'attendre à une clarification d'InfoSperber, plutôt qu'une censure sur cette question.

Addiction Suisse visée sans être nommée

Après le rejet des deux rapports scientifiques les plus étayés sur le sujet, les trois auteurs accusent le Pr Etter de soutenir "le chiffre "officiel" ", guillemets des auteurs, du tabagisme à 25% en Suisse. C'est, sans guillemet, le chiffre officiel présenté, au public et à l'OMS, par l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP), dont le Pr Macé Schuurmans est tout particulièrement proche. Effectivement ce chiffre, produit par une enquête de la fondation Addiction Suisse sous mandat de l'OFSP, est clairement sous-évalué. Le Pr Etter, qui n'est pas impliqué dans ce travail, non seulement convient de sa sous-estimation mais il m'avait précisé une piste d'explication du biais de l'enquête lorsque j'avais traité le sujet pour le Vaping Post. Les auteurs de l'article dans InfoSperber semblent tellement haineux qu'ils sont prêt à porter n'importe quelle accusation. 

On notera au passage que Rainer Kaelin s'appuie cette fois sur un article co-signé par le Pr Jacques Cornuz qu'il accusait, sans le nommer, d'avoir manipulé l'étude Delphi et le premier rapport (2014) de la Commission Fédérale pour la Prévention du Tabagisme sur le vapotage dans un autre article pour le Bulletin des Médecins Suisse en juillet dernier.

Moins de 5% des produits de vapotage sur les marchés européens sont à Big Tobacco

Le troisième délire des défenseurs de l'ordre en place est de prétendre que l'industrie du tabac "domine également le marché des cigarettes électroniques". C'est factuellement faux. Si ces auteurs ne le savent pas, c'est le signe d'une grave incompétence sur le sujet. En Suisse, la part des cigarettiers sur le marché du vapotage est néant, zéro, null, niente (désolé en romanche je ne sais pas le dire). Sur les grands marchés européens tels que la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la part des ventes de produits de vapotage appartenant à des compagnies cigarettières est nettement en deçà de 5% - voir par exemple le rapport de l'institut Xerfi, dont le chercheur principal est interviewé sur Vaping Post


Les raisons en sont assez simples. Leur produits sont médiocres. Ils sont en format propriétaire forçant les consommateurs à être captifs de recharges spécifiques à la machine achetée, contrairement à la vape ouverte indépendante. D'un côté un produit limitant le choix, de l'autre une multitude de combinaisons de goûts et de pièces interchangeables pouvant évoluer etc... Enfin, une troisième raison est que les vapoteurs ex-fumeurs apprécient pour beaucoup de marquer leur rupture avec le tabagisme en coupant les liens avec les marques et les lieux de ventes de tabac.


L'exemple Suisse sous les yeux


Donc la réponse à la question des trois auteurs, "Pourquoi cette industrie devrait-elle saboter son marché du tabac en faisant la promotion des nouveaux produits de telle sorte que la plupart des fumeurs arrêtent vraiment de fumer?", est simple. L'industrie du tabac ne le fait pas. Au contraire, Big Tobacco défend ses ventes de cigarettes contre le vapotage. La Suisse en est un exemple manifeste avec l'interdiction de vente des liquides nicotinés. Les situations du Japon et de l'Italie confirment cet intérêt de certain cigarettier vaudois à interdire ou entraver le vapotage. 


C'est assez extraordinaire que ceux qui servent d'idiots utiles aux Big Tobacco soient à ce point à côté de la plaque sur ce qui se passe sous leurs yeux. Mais en poussant leur argument, et si c'était le cas? Si Philip Morris, BAT et Japan Tobacco se mettaient à vendre des produits de vapotage à leurs actuels clients fumeurs. Serait-ce bénéfique ou négatif pour la santé publique ? En réalité, l'expérience de pensée ne peut se résumer à cela. La métamorphose de la consommation de nicotine avec les moyens de réduction des méfaits soutenue par les usagers va faire éclater la situation d'oligopole actuelle des quatre Big Tobacco. S'y opposer, c'est travailler à maintenir le tabagisme. Et c'est tristement cette situation délétère qui prévaut en Suisse depuis huit ans.


Une politique pragmatique similaire à la stratégie britannique aurait permis à 500'000 fumeurs suisses de sortir du tabagisme depuis 2010. La collusion objective entre le discours anti-vape et les manigances des cigarettiers rappellent furieusement l'alliance des "baptistes et des trafiquants" durant la prohibition américaine. Sans prohibition, pas de trafic. Les meilleures alliées du maintien des ventes de tabac en Suisse aujourd'hui sont les mesures contre la vape. La multiplication d'entraves à l'accès aux produits pour les fumeurs par les restrictions sur la vente, sur le matériel, mais aussi le climat entretenu de peur et de doute, sont les meilleurs prétextes à la poursuite du tabagisme d'un fumeur.


Qui bénéficie du doute ?


Que cette question sur l'intérêt de l'industrie du tabac soit posée par un texte co-signé de Macé Schuurmans est extrêmement troublant. Il est le principal instigateur, avec la Présidente Lucrecia Meier-Schatz, du second rapport sur le vapotage en 2016 de la Commission Fédérale pour la Prévention du Tabagisme (CFPT) qui venait contredire le précédent sorti en 2014. Comme je l'avais souligné à l'époque, la reprise au nom de la CFPT de certaines exigences de Philip Morris, notamment d'une taxe anti-vapoteurs, est une énigme restée sans réponse.





D'un point de vue logique, je ne sais pas qui peut acquiescer à l'argument des trois auteurs qui disent 1) les cigarettiers ont intérêts à protéger leur marché de la cigarette puis 2) donc les cigarettiers ont intérêt à ce que les fumeurs quittent la cigarette pour le vapotage. L'irrationalité de l'argument touche au mysticisme. A fortiori lorsque l'on a en tête le bilan de leur politique anti-tabac: le maintien intact du tabagisme en suisse depuis huit ans - que l'on suive le chiffre officiel de 25% où l'évaluation au doigt mouillé mais plus réaliste de 30% -. A aucun moment, ces trois personnes ne s'intéressent à aider les fumeurs à s'en sortir. 



La chute concrète de plus de 20% du tabagisme au Royaume-Uni sous l'impulsion de l'essor du vapotage ne les intéressent pas. Pas un mot à ce sujet. Pourtant, depuis 2011 près d'un million de britanniques ont arrêté de fumer en utilisant de manière transitoire le vapotage, arrêtant donc les deux modes de consommation, et 1,5 millions ont arrêté de fumer pour vapoter exclusivement. Le tabagisme a chuté à 15,8% des adultes.


Les vapoteurs ont-ils aussi inventé le tabagisme adolescent?

L'ultime argument des défenseurs du statu-quo sont les enfants. C'est merveilleux les enfants pour couper court à toute réflexion. Qui leur voudrait du mal? L'astuce des auteurs est de faire comme si le vapotage était responsable du tabagisme adolescent. On est dans l'ordre de la pensée magique, pas de considération pour la réalité, juste le fantasme que le vapotage a inventé le tabagisme adolescent. Pourtant dans le réel, l'essor du vapotage a coïncidé avec une accélération de la chute du tabagisme chez les adolescents que ce soit au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et dans la région parisienne. 

La haine et le mépris des trois auteurs envers les usagers leur rend visiblement difficile de prendre en considération leur expérience. C'est pourtant nécessaire pour saisir le phénomène qui a pu se produire entre 2013 et 2015 chez les ados. L'usage du vapotage sans nicotine pour 80% de ceux qui déclaraient l'utiliser, leur a permis d'expérimenter, de répondre à ce que des sociologues appellent la "pression sociale", tout en évitant le tabagisme. Une part utilise avec nicotine, pour la quasi totalité d'entre eux en étant déjà fumeurs, ce qui malheureusement peut commencer parfois à 12, 13 ou 14 ans. L'accélération de la chute du tabagisme est manifeste. Elle est encore plus rapide dans les Etats américains qui autorisaient la vente de produits de vape aux mineurs, par rapport à ceux la prohibant, comme le montre une étude d'Abigael Friedamnn de Yale.

Il y a évidemment des jeunes qui vont vapoter puis fumer. Ils sont rares, mais si on concentre sa recherche uniquement sur eux comme une loupe, on peut les mettre en relief. Auraient-ils échappé aux cigarettes sans la vape ? Le nombre élevé de fumeurs ado avant le vapotage, où tout simplement en Suisse où le vapotage est peu répandu, suggère fortement que non. Cela suggère aussi que l'explication mécanique causale simplette échoue à saisir les facteurs rendant certaines personnes susceptibles de devenir consommateurs de nicotine. Mais en fait, la question n'intéresse pas les auteurs de l'article d'InfoSperber. 

Leur interprétation complètement fantaisiste de l'étude menée par Gerhardt Gmel et al. à propos des jeunes recrues suisses est très révélatrice de leur fantasme. Cette étude montre que des jeunes recrues, d'une vingtaine d'années, déjà fumeurs étaient très peu nombreux à arrêter en utilisant le vapotage en Suisse en 2013. Dans un pays où la vente de liquides nicotinés est interdite. A une époque où la pratique des dons de nicotine n'existait pas encore. Dans un climat de peur et de doute contre le vapotage cultivé par les lobbys. 

La protection du tabagisme

Le maintien du tabagisme de ces jeunes hommes se passe dans le contexte suisse extrêmement hostile à l'arrêt du tabagisme à l'aide du vapotage. Outre la prohibition des liquides nicotinés, l'information sur la réduction des méfaits y est largement absente tout comme le soutien à une telle démarche. Ce que montre ces résultats, c'est que la politique menée selon l'idéologie des Macé Schuurmans, Rainer Kaelin et Jürg Barben profite au maintien du tabagisme, y compris chez les jeunes suisses. Alors qu'un environnement bienveillant à l'égard des vapoteurs double les chances des fumeurs de réussir leur sevrage tabagique à l'aide du vapotage par rapport à ceux des pays liberticides. 73,2% de sevrages pour les britanniques et américains contre 31,5% pour les australiens et canadiens, selon l'étude de l'International Tobacco four countries.

La proposition générale de l'article d'InfoSperber est de perpétuer cette hostilité à l'égard des fumeurs tentant de sortir du tabagisme à l'aide du vapotage. Dans leur article, leur seule proposition articulée est d'interdire l'information sur la réduction des méfaits. Ceci alors qu'en Suisse la publicité commerciale pour le tabac est autorisée. Dans son rapport pour la CFPT, Macé Schuurmans et Lucrecia Meier-Schatz précisaient vouloir interdire aux professionnels de santé d'en parler positivement. Le fil conducteur de tout l'article d'InfoSperber est un rejet des études de science. Implicitement, il est aussi un rejet de l'expérience de millions d'usagers. 

Burp

Cette publication est choquante pour la violence des calomnies qu'elle porte. Mais peut-être pire que cette attaque personnelle sans élément de preuve contre le Pr Jean-François Etter, l'éloge d'un obscurantisme intellectuellement malsain et le mépris humain qui se dégagent de ce papier sont profondément ignobles. Ce matin, j'apportais mon soutien sur un réseau social d'entraide à l'arrêt des cigarettes avec le vapotage. J'ai lu de nombreux billets témoignant du plaisir de retrouver son souffle, son odorat, de voir son rythme cardiaque se normaliser au fil des semaines après l'arrêt. Des souffrances aussi de personnes ayant de grandes difficultés à "lâcher" les cigarettes. Des témoignages de malades, pour certains très graves, de proches aussi. 

Puis j'ai lu cet article d'InfoSperber et j'ai eu la nausée.