Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est ECST. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est ECST. Afficher tous les articles

vendredi 26 janvier 2018

Thaïlande: nouvelles arrestations et consignes aux aéroports contre les vapoteurs

Depuis le partenariat noué entre l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la junte militaire, propriétaire du Thaïland Tobacco Monopoly, la répression contre les vapoteurs ne faiblit pas en Thaïlande. Un couple de touristes israéliens a été arrêté pour avoir vapoter en début de semaine. "Ils ont été forcé de payer une amende d'environ 1'200 $", rapporte le Jerusalem Online. Suite à cette affaire, le Ministère des affaires étrangères israélien a décidé d'alerter sa population aux risques de voyager en Thaïlande avec des produits de vapotage. "Une personne qui détient une vapoteuse peut être amendée, jugée et incarcérée", a prévenu le Ministre israélien.

Consigne aux aéroports

A raison, car la junte militaire semble partie pour encore durcir les mesures de répression contre les vapoteurs, y compris les touristes. Selon un membre fiable de l'association d'usagers locale, une consigne a été transmise au personnel de sécurité des aéroports de dénoncer à la police les personnes détenant des produits de vapotage, notamment en cas de détection au scanner.
Selon la même source, au moins trente appareils de vape avaient été saisis à des voyageurs en une nuit après cette consigne.

Multiplication des arrestations depuis l'été dernier

Le vapotage a été interdit en Thaïlande par la junte militaire à la fin 2014, quelques mois après le coup d'Etat. La répression est allée crescendo, pour aboutir depuis quelques mois à de multiples arrestations. Cet été, un touriste Suisse a notamment été détenu six jours en isolement, puis astreint à rester au pays jusqu'à son procès trois mois plus tard qui l'a condamné à une amende. Plusieurs autres touristes ont connu des arrestations, certains s'en tirant avec des amendes sur le moment comme le couple israélien, d'autres astreints à rester en Thaïlande dans l'attente de leur procès. 

Les thaïlandais aussi sont victimes d'arrestations arbitraires. Une histoire a fait du bruit en décembre dernier, ayant été filmée. Une jeune femme, connue sur la toile sous le pseudo de Flukesri Maneedeng, a été arrêtée, violentée et sa voiture saisie pour simple détention d'une vapoteuse dans son auto. Dans l'attente de son procès, où elle risque jusqu'à dix ans de prison, la vapoteuse a multiplié les interviews sur les chaînes de télévision locales. Suite à cela, l'ECST, l'association de défense des usagers du vapotage en Thaïlande, a remis une pétition signée par plus de 17'000 personnes réclamant la légalisation du vapotage. 


lundi 18 décembre 2017

Plus de 17'000 signatures pour la légalisation du vapotage en Thailande

De nouvelles d'arrestations de vapoteurs ce mois en Thaïlande ont propulsé le débat sur le vapotage au premier plan. Parmi les multiples arrestations, dont au moins un touriste, les médias ont notamment relayé les images de la détention violente dManussaya Yaowarat, plus connue sous le pseudo de Flukesri Maneedeng sur le web thaïlandais. La jeune femme de 29 ans a été incarcérée, et sa voiture saisie, pour possession d'une vapoteuse et d'une fiole de liquide qu'elle a reconnue utiliser pour ne plus fumer. "Quel crime ais-je commis?", hurle t-elle aux policiers la violentant sur une vidéo qui a fait le tour du web puis des chaînes TV. Cette affaire a mis en relief les revendications de l'association des usagers du vapotage en Thaïlande (ECST). L'association, vient de soumettre à l'Assemblée législative nationale une pétition munie de plus de 17'000 signatures pour demander la légalisation du vapotage.

"Jusqu'à présent, personne dans le secteur de la santé publique n'a été disposé à débattre avec moi à la télévision publique", remarque Maris Karanyawat, représentant de l'ECST. "Pourtant, tout ce que nous voulons, c'est le droit de pouvoir choisir une alternative plus saine que le tabac traditionnel", précise t-il au Bangkok Post du jour. Du coté des autorités sanitaires, le déni de la réduction des méfaits est totale. "Le Département de Lutte contre les Maladies (DDC) et les réseaux anti-tabac insistent sur le fait que le vapotage est beaucoup plus dangereux pour la santé que les cigarettes de tabac", rapporte le Bangkok Post. A l'opposé des conclusions des rapports scientifiques britanniques de Public Health England et du Royal College of Physicians s'étonne le journal.

Siripol Yodmuangcharoen, responsable de l'Assemblée législative, confirme avoir reçu la pétition de l'ECST. Il note que 160 pays dans le monde autorisent la vente de vapotage, contre 15 prohibitionnistes, selon le Bangkok Post. En attendant une éventuelle avancée au pays du Thaïland Tobacco MonopolyPol Col Krissana Pattanacharoen, porte-parole adjoint de la police, rappelle que l'importation de produits de vapotage peut être sanctionné jusqu'à 10 ans de prison et une lourde amende, tandis que la simple possession est passible de cinq ans d'emprisonnement. Une politique de répression des personnes arrêtant de fumer à l'aide du vapotage soutenue par l'Organisation Mondiale de la Santé, qui la cite en modèle à suivre avec la Corée du Nord.