Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

jeudi 10 mai 2018

[Bref] L'Institut de santé publique néerlandais (RIVM) déserte les comités ISO sur la vape et le tabac

Lutter contre l'influence de l'industrie du tabac en lui laissant le champ libre. C'est l'étrange justification de l'Institut national de santé publique néerlandais (RIVM) à sa démission des comités ISO/CEN sur les produits de vapotage et les produits du tabac. "La principale raison en est l'influence considérable que l'industrie du tabac exerce au sein de ces comités, où la protection de la santé publique n'est pas suffisamment mise en avant", explique le communiqué du RIVM. Participant depuis 2011 aux comités ISO (organisation internationale de normalisation), l'institut s'en retire avec effet immédiat. Cependant, le RIVM annonce qu'il continuera d'utiliser les normes ISO pour ses tests sur les produits concernés [sic!].

Annemiak van Bolhuis, directrice au RIVM, estime que son organisme doit privilégier de travailler avec le TobLabNet sur les méthodes d'examen et d'analyse des émissions des produits de vapotage et des produits de tabac. Le TobLabNet a été créé en 2005 par le RIVM sous le chapeautage du bureau anti-tabac de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En l'absence de l'industrie, y compris celle indépendante du vapotage, ainsi que de toute association d'usagers, il regroupe essentiellement des organisme professionnels de lutte anti-tabac et quelques laboratoires. Depuis son inauguration à la Haye en 2005, il s'est rencontré à quatre reprises, dont la dernière fois en 2011 à Kiev selon le site de l'OMS.

Au sujet des normes techniques de produits du tabac, une plainte déposée en Hollande l'an passé accusait les cigarettiers de falsification des tests d'émissions des cigarettes, notamment par l'ajout de micro-perforations dans les filtres. "Le procureur a finalement classé sans suite l'affaire", rappelle le journal NL-Times.



0 commentaires :

Enregistrer un commentaire