Traduction

vendredi 30 septembre 2016

[Expresso] Enquête judiciaire sur le Champix de Pfizer suite à un suicide en Australie

La mère de Timothy est effondrée. (Photo: Jerad Williams)
Timothy John avait 22 ans, il voulait arrêter de fumer. En 2013, après huit jours sous traitement au Champix, il s'est pendu. C'est sur ce drame que John Hutton, officier judiciaire (Coroner) de Brisbane, a ouvert officiellement une instruction hier suite à la plainte de la mère du défunt. La première en Australie sur d'éventuels liens entre la drogue de sevrage tabagique des laboratoires Pfizer et un suicide. Pourtant, selon Sarah Elks de The Australian, la pré-enquête a montré qu'au moins 58 australiens se sont suicidés sous Champix, dont le principe actif est la varénicline, entre 2008 et 2014. "Leur nombre pourrait être beaucoup plus élevé", souligne la journaliste. Le Coroner J. Hutton voudrait enquêter sur l'ensemble des suicides au Queensland pour évaluer l'étendue du problème.

Alors que le produit est labellisé dangereux aux Etats-Unis avec un avertissement sur fond noir, en Australie il est distribué sans notice. "Les patients doivent la demander aux pharmaciens", précise The Australian. "Je ne pense pas que Pfizer approuverait, mais c'est inhabituel de ne pas donner de notice pour les médicaments. Alors pourquoi n'est-elle pas fournie dans ce cas?", s'étonne Peter De Waard, l'assistant du Coroner. La question sera au cœur de l'enquête prévue en novembre. 

Pour y répondre, les officiers judiciaires ont fait appel au Pr Colin Mendelsohn, par ailleurs connu pour son soutien à la légalisation des produits de vapotage nicotinés en Australie. Les enquêteurs déclarent que le spécialiste tabacologue est le plus indépendant qu'ils ont pu trouver. "Dans ce champ, c'est difficile. La plupart des experts crédibles ont, d'une manière ou l'autre, des liens d'intérêts avec Pfizer. Soit ils sont payés pour des conférences, soit pour mener des recherches", explique P. De Waard.

[Expresso] 69% des fumeurs indiens prêts à passer à la vape selon FactAsia.org

"S'il était légal et facilement disponible, et répondait à des normes de qualité et de sécurité", 69% des fumeurs indiens seraient prêt à passer au vapotage. C'est un des résultats de l'enquête menée par l'Institut Ipsos pour Factasia, organisation indépendante à but non lucratif de défense d'un débat rationnel sur la consommation de nicotine. La répression de plusieurs Etats contre l'arrêt du tabagisme à l'aide du vapotage fait que peu des 803 fumeurs interrogés cet été ont déjà essayé de vapoter. Même si 36% déclarent avoir entendu parler du dispositif. 

Ils sont 80% a estimer qu'ils devraient avoir le droit à une information sur la réduction des risques et dommages pour la consommation de nicotine. Plus des trois-quart soutiennent la proposition que "le Gouvernement devrait encourager les fumeurs adultes à passer à des alternatives à risques réduits en place des cigarettes et s'assurer qu'elles ne sont pas utilisées par des jeunes". N'ayant semble t-il pas autant de compassion pour préserver les jeunes des cigarettes que pour les fumeurs adultes.

Heneage Mitchell, co-fondateur de Factasia,org, estime nécessaire une meilleure connaissance de la demande des usagers en Asie pour des produits à risques réduits alternatif au tabac. "Notre enquête montre qu'il y a un appel pour une action positive du Gouvernement", conclut H. Mitchell. En effet, 73% des sondés pensent qu'il serait néfaste que le Gouvernement retarde l'accès aux alternatives à risques réduits au tabagisme. En août dernier, un rapport de Julian Morris et du Dr Amir Ulla Khan pour la Reason Foundation a argumenté que le vapotage pourrait faire disparaître le tabagisme indien d'ici trente ans.

[Expresso] Quel conseil à un fumeur qui veut arrêter? Etude de cas des Dr Polosa & Caponnetto

Quel conseil un médecin devrait donner à un jeune fumeur hypertendu et en surpoids pour lâcher la clope? Une question abordée dans un article qui vient d'être publié dans Internal and Emergency Medecine en libre accès. Les Dr Riccardo Polosa et P Caponnetto animent le Centre de prévention et soin du tabagisme de la polyclinique universitaire de Catania, où ils intègrent le vapotage à leur arsenal d'aide. Deux papiers publiés en juin dernier dans le New England Jounal of Medecine (NEJM) avaient déjà discuté cette question. 

D'un côté, le Pr Christopher Bullen, de l'Université d'Auckland, préconise de considérer l'aide au sevrage par la vape. De l'autre, le Pr Stanton Glantz, de l'Université de Californie, estime que le vapotage n'aide pas à arrêter de fumer et recommande de décourager le patient d'essayer d'arrêter de fumer de cette manière. Le très médiatique californien s'appuie sur une meta-analyse largement critiquée pour sa faiblesse méthodologique, car elle exclut les succès à l'aide du vapotage (sic!) comme expliqué par les Pr Peter Hajek et Haiden MacRobbie dans le Lancet. La star américaine se réfère également à des études douteuses, comme celle publiée dans le Swiss Medical Weekly par le Pr G. Gmel d'Addiction Suisse.

En contraste de cette position contre l'arrêt du tabagisme à l'aide du vapotage, les deux tabacologues italiens présentent une étude de cas. Autrement dit, les raisons argumentées pour lesquelles ils conseillent le vapotage pour ce profil de fumeur.

jeudi 29 septembre 2016

[Expresso] La réglementation de la FDA sur la vape va nuire à la Santé publique selon le Daily Signal

"Le choix de produits de vapotage sur le marché serait considérablement réduit. Les options qui aident la plupart des gens actuellement et qui répondent le mieux  à leurs besoins spécifiques peuvent ne plus être disponibles à partir d'août 2018. Les innovations ne seront plus aussi nombreuses également. Le Congrès doit juste corriger une conséquence involontaire de la Loi contre le tabac". Daren Bakst, de la Fondation Heritage, se montre très inquiet dans le Daily Signal sur les conséquences du Deeming Act de la Food and Drug Adminsitration (FDA) concernant la vape. Entrée en vigueur le 8 août dernier, le nouveau règlement laisse deux ans aux producteurs pour se mettre en conformité avec son texte long de près de 500 pages

[Expresso] Tages Anzeiger: Arrêter de fumer avec la vape est-ce comme porter la burqa pour poser des bombes?

Article qui joue de surréalisme d'Andreas Tobler dans le Tages Anzeiger du jour.  Les nouvelles possibilités d'espionnage de la police politique, accordées par le vote du week-end dernier, doivent-elles servir à la répression du vapotage? Pour le rédacteur des pages culturelles du quotidien zurichois, cela peut se justifier car le vapotage est superflu et dangereux. Aussi superflu que l'interdiction de la burqa. L'attrait des cigarettes de tabac repose sur la pulsion de mort, ce défi lancé à la peur de mourir pour se montrer plus puissant que cette fin inéluctable. Quel intérêt donc à un objet à risques très réduits et sans glamour? 

Pire, ces appareils seraient de véritables bombes. "Savez-vous où la société suisse est le plus vulnérable en matière de sécurité: le nombre croissant d'usagers du vapotage, avec lequel n'importe qui peut devenir une bombe télécommandée, un terroriste!", argumente le journaliste. Pour se sauver, la Suisse mythique doit-elle donc bannir le vapotage comme la burqa et lancer ses troupes sur la trace de la menace nébuleuse des vapoteristes? Nul doute que les fondamentalistes puritains de certains groupes anti-tabac Suisse adhéreront au projet...

PS. edit (29.09 à 11h) suite à une remarque d'A. Tobler, ajout de la partie en gras dans le texte ;) : " aussi superflu que l'interdiction de la burqa" (désolé pour mon erreur initiale, j'ai voulu aller trop vite :oops:)

[Expresso] Le docu Beyond the Cloud voyage à travers les nuages de la vape

Le documentaire Beyond the cloud de Ghislain Armand et Sébastien Duijndam est en ligne. Le troisième film de la trilogie "kino-vape" dont j'avais parlé il y a peu. Le journaliste du VapingPost et son compère à la caméra, sont allés à la rencontre de scientifiques, de politiciens, de défenseurs du vapotage ou de simples usagers et même de dealers de cigarettes. Un dialogue d'une heure entre parties favorables et opposées à la réduction des risques par cette irruption technologique face au tabagisme. La caméra prend aussi la température de quidams sur ce mode de consommation de nicotine sans combustion. Avec peu de moyen, produit avec le soutien du Vapexpo, ce documentaire présente un travail très professionnel, documenté et équilibré. De très nombreux journalistes de médias mainstream peuvent prendre exemple... Bref, regardez-le et faites-vous votre propre opinion ;)


[Expresso] Vent de vape au parlement autrichien


Vent de vape au parlement autrichien. Une pétition était présentée et discutée au Bundestag autrichien mercredi dernier. Elle a été rejeté, ce qui a déçu beaucoup de vapoteurs. Mais DampfCafe souligne que cela a permis d'attirer l'attention sur les questions soulevées par le monde de la vape, notamment le problème de l'interdiction de vente sur internet. 
Au passage, des flyers du documentaire A Billion Lives ont été distribués aux élus...

En allemand http://www.dampfcafe.at/2016/09/dampfer-im-parlament.html

[Expresso] Les liquides à la nicotine extraite de patates assimilés aux Potatoes Product par la FDA ?

Le Pr Mickael Siegel, de l'Université de Boston, signe un billet satirique sur l'assimilation du vapotage, sans tabac ni combustion, aux produits du tabac. Si des entreprises créaient des liquides à vapoter avec de la nicotine extraite de patate, que répondrait la Food and Drug Administration (FDA) américaine à l'image de sa nouvelle législation sur la vape ? "Il faut reconnaître que la FDA suit sa propre logique avec cohérence. Si les e-liquides qui utilisent de la nicotine dérivée du tabac sont des «produits du tabac», alors les e-liquides avec de la nicotine provenant de pommes de terre sont des "produits de pommes de terre". Leurs fabricants devraient être soumis à tous les règlements sur les pommes de terre, y compris la manutention, l'inspection, l'emballage, l'étiquetage et les exigences concernant la production. Cependant, je dois demander pourquoi l'agence a ignoré l'émergence récente des entreprises qui utilisent de la nicotine provenant d'aubergines pour leurs e-liquides. De toute évidence, ces produits devraient être considérés comme des «produits d'aubergine" et devraient être tenus de se conformer à tous les règlements de l' USDA régissant la production, l' inspection et l' étiquetage des aubergines."
Suite à des réactions, le facétieux professeur de santé publique précise à la fin de son billet son caractère parodique. "Il est un triste de constater que la logique de la FDA est si terrible que mes lecteurs ne savent pas si cette histoire est vraie ou non. C'est ce que je voulais mettre en relief : montrer l'absurdité de l'approche de la FDA. J'espère que cette analogie permet à bon nombre d'organisations anti-vapotage de saisir ce qu'elles ne comprennent pas autrement." 
A lire en anglais sur le blog, par ailleurs très fourni et éclairant, du Pr M. Siegel Tobacco Analysis: FDA issues new draft guidance on Regulation compliance for certain types of Ecigs ; CDC comments

Merci à Florence d'avoir attiré mon attention sur le billet sur sa page https://www.facebook.com/KissVapingInParis/ 

[Expresso] Débat sur les problèmes respiratoires dans le Guardian: tabagisme et diesel sur la brèche


Le Guardian ouvre ses colonnes au débat de santé publique sur les problèmes respiratoires. Deux lettres publiées le 20 septembre. Richard Hyslop, de l'Asso britannique des professionnels indépendants du vapotage (iBVTA), se réjouit de la chute du tabagisme sous l'impact du vapotage. Conscient de la nécessité d'une régulation solide et proportionnée, il regrette que la transposition de la TPD européenne concernant la vape aura des effets négatifs pour le public. Les restrictions exagérées et sans base sanitaire des volumes des contenants de liquide, du taux de nicotine, ainsi que la censure de l'information, au prétexte de lutte anti pub pour le tabac, vont limiter les chances pour les fumeurs de passer au vapotage et d'arrêter de fumer. La menace d'une taxation punitive que l'Union Européenne étudie contre le vapotage serait un autre coup de poignard contre la santé publique et la réduction du tabagisme.

De son coté, Caroline Russell, du parti des Verts, souligne l'impact négatif pour les voies respiratoires de la pollution particulaire des diesels et réclame une politique plus volontaire pour des moyens de transport moins polluants.

[Expresso] Invitée par eGarage, la Pr L. Bauld discute vapote avec des élus à Berlin


eGarage, site d'info indépendant allemand sur le vapotage, a organisé le 21 septembre à Berlin une discussion avec la Pr Linda Bauld, de l'Université de Stirling. Elle a présenté l'impact massif contre le tabagisme de la vape au Royaume-Uni à des représentants politiques allemands. Marcus Held du SPD dit avoir été sensibilisé à la question par les nombreux témoignages d'ex-fumeurs ayant arrêté à l'aide du vapotage dans sa conscription. Frank Temple, élu de Linke au parlement, considère que le vapotage est une chance pour réduire le nombre de 110'000 morts prématurées causés par le tabagisme chaque année en Allemagne. A l'opposé, Korduka Kovac, représentante CDU, craint fortement que le vapotage attire les enfants au tabagisme.
Les questions de la publicité, d'éventuelles restrictions d'arômes... ont aussi été débattues. Les deux représentants de gauche ont précisé l'importance de la mobilisation des vapoteurs pour faire évoluer le débat. Les pétitions et lettres au parlement ont fait bouger les lignes dans les partis...

Ainsi que des extraits vidéo de la Pr L. Bauld en anglais http://www.egarage.de/egarage-insight-auszuege-aus-dem-vortrag-von-prof-linda-bauld/
Et un récap des positions des partis politiques allemands sur le vapotage, entre scepticisme et marque d'intérêt pour une lutte contre le tabagisme avec une approche  de réduction des risques, à l'exception des Verts qui ne disent rien sur la question http://www.egarage.de/von-ablehnung-bis-zustimmung-die-e-zigarette-trifft-im-bundestag-auf-freunde-wie-skeptiker/